Comment composer un article web ?

Publié le par Maguy Dubousquet -DMPROCONSEIL

La rédaction web n’a rien à voir avec celle d’un journal, d’une thèse ou d’un livre. L’internaute consulte de nombreuses données sur la toile. Pour qu’il se rappelle des vôtres, le texte doit être tout de suite lisible et compréhensible : 3000 signes ou 500 mots paraissent une limite acceptable.

Écrire pour les moteurs de recherche, comme pour le Dieu Google, c’est écrire d’abord pour le lecteur : faire concis et précis en utilisant des titres et des accroches efficaces, y ajouter des liens externes, sans oublier la mise en forme sous forme de paragraphe.

Déterminer la densité du mot-clé de la page conditionne toute la structure de l’article.

Qui, quoi, où, quand, pourquoi.

L’article répond aux questions QUI – QUOI – OÙ – QUAND – POURQUOI – COMMENT, qui constituent la règle d’or de tout, c’est ce que l’on appelle aussi les « 5 W » what, who, where, when, why. Y répondre dès le début de l’article, dans l’accroche, est une règle d’or pour les journalistes. Elle doit l’être aussi pour le rédacteur web. Le rédacteur livre ainsi le message essentiel qu’il souhaite faire passer dans son article dès les toutes premières lignes.

Sur le web,  il faut faciliter la lecture, il est donc  judicieux  de :

-        Écrire court (phrases courtes, phrases sans verbe…)
-        Aérer son texte en le découpant en paragraphes
-        Proposer des relances au milieu du texte avec des intertitres (titre placé au milieu de l’article qui introduit la suite du texte),
-       Utiliser des puces et/ou des tirets
-       Ne pas hésiter à donner du relief à son texte avec du gras.

  • Le titre  se divise en deux catégories :
    • Informatif : qui n'a pas d'effet de style et se veut simple et clair.
    • Incitatif : qui s'attache à donner envie de voir l'information.
  • Le chapô vise à obliger le lecteur à lire l'article jusqu'au bout.
    • Sa forme s'attache à être vive pour retenir l'attention (dans le contenu et dans la forme).
    • Le vocabulaire se compose de mots-clés (pour le référencement) et de verbes expressifs.
  •  Les intertitres qui servent à structurer le contenu, à offrir plus de clarté au texte et à augmenter la visibilité par les moteurs de recherche.

Au-delà de la qualité rédactionnelle, littéraire, documentaire ou divertissante, de votre contenu, vous êtes-vous vraiment interrogé à propos de la structuration de vos textes web pour le SEO ? dmproconseil@gmail.com

Commenter cet article