Journée de la femme, la femme doit-elle se libérer ?

Publié le par Maguy Dubousquet -DMPROCONSEIL

Journée de la femme 8 mars - La lutte des femmes -  Journée internationale de la femme

Journée de la femme 8 mars - La lutte des femmes - Journée internationale de la femme

L'égalité homme/femme, le combat du XXIe siècle. Des siècles durant, la femme n’avait guère droit à la parole, et sans doute n’avait-elle même pas d’âme ? Puis Dieu a été expulsé de la sphère publique pour  être cloisonné dans la sphère privée. Pour certains, pour équilibrer l’existence publique et privée de l’homme, Dieu, le Créateur, aurait des exigences. Il serait ainsi naturel que la liberté de la femme soit restreinte par des limites morales, religieuses, dans le sens de l'intérêt suprême de l'homme. Un serviteur de Dieu, soumis aux ordres du Créateur, qui ne sont nullement contraires à son intérêt individuel ou collectif. Mais, tout cela, c’était avant ? Non !  

Femme libérée ! Mais femme outragée, femme brisée, femme martyrisée

C’est précisément quand tout le monde semble d’accord, qu’il faut commencer à se poser des questions.

Le saviez-vous ? C’est la communiste allemande Clara Zetkin qui eut l’idée de la journée de la femme, et c'est Lénine, premier dirigeant de la Russie, qui instaura cette journée officiellement, à partir de 1921... Ce que la suffragette Elizabeth Cady Stanton réclamait pour les femmes en 1892, l’indépendance semble présent. La libération de la femme des années 60-70 était bien sûr une première une étape fondamentale. Mais où en est la libération de la femme en France ? Féminisme social-démocrate, Féminisme queer ou encore féminisme matérialiste ayant évolué en lesbianisme séparatiste… Être femme rimerait aujourd’hui avec émancipation sexuelle, sans doute ! Voici bientôt un siècle que le féminisme a commencé à bouleverser nos sociétés. Émancipation féminine, tout court, oui, oui et oui.

Journée de la femme, détresse de l’homme ! Et si la libération féminine existait ?

Quinze ans après la loi sur la parité, les femmes politiques peinent à trouver leur place. Le gouvernement aujourd’hui semblerait nier toute féminité.  Aux Antilles, la figure féminine est célébrée en tant que poto mitan. Elle constitue la poutre-maîtresse de la société. À cet égard, on pourrait penser que madame détient le pouvoir ; il n'en est rien car elle occupe un statut subalterne. Chacune le sait, l'émancipation de la femme est possible uniquement par l'acquisition de son indépendance.

La féminité ne constitue en aucun cas une condition, une nature, une essence, mais une situation imposée par la volonté d'être femme - Simone de Beauvoir

Je suis une femme libre alors cessez de nous libérer !

Être une femme libérée, oui ! Mais j’apprécie un homme à mes côtés. J’apprécie d’être une mère, une amante, une compagne, une collaboratrice, une chef d’entreprise… Au rôle de la maternité chez la femme correspond celui de la paternité chez l'homme. Certes, la maternité est plus exigeante que la paternité du fait qu'elle implique l'aspect corporel et biologique de  la vie de la femme. Il faut arrêter de culpabiliser. Il est important de sortir de la lutte des sexes. Aujourd’hui, les hommes sont plus ouverts à la vie du foyer, jouissons-en !

La femme n'est victime d'aucune mystérieuse fatalité : il ne faut pas conclure que ses ovaires la condamnent à vivre éternellement à genoux

Rédactrice, parfois journaliste, j'écris comme beaucoup d'autres femmes

Le présent n’est pas un passé en puissance, il est le moment du choix et de l’action

Je suis une femme aux multiples engagements, aux multiples facettes, comme la plupart. Je rends hommage aux femmes en France, dans les Dom Tom, mais aussi dans le monde, qui ont le courage et la volonté de se réaliser elles-mêmes. On dit que les femmes sont bavardes. Voilà bien « un stéréotype sexiste ». Un mécontentement, pour être efficace, n'a pas besoin de longs discours. Le métier que nous exerçons en tant que femme devrait toujours être choisi en toute liberté. En cette journée de la femme rappelons aussi  qu’un corps n’est pas une marchandise, qu’il ne se vend pas.

Être l’égale de l’homme ne signifie pas être identique. Femmes osons être nous-mêmes, osons déranger. Nous libérer aujourd'hui pour mieux nous asservir demain, c’est non.  Alors cessez de vouloir nous libérer à tout prix… pour des peccadilles ! Quelles que soient les positions assignées aux femmes, mesdames, mesdemoiselles, avancez et vous serez libérées. N’oublions pas que la journée de la femme est la journée de toutes les femmes, en France et dans le monde entier ! Il faudrait qu’elle le soit pour les Saoudiennes, les Iraniennes, les Syriennes, les Soudanaises, les Nigériennes, les Indiennes …

Commenter cet article